Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Hye-Soon Seo

22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 19:51

.

M15A1584 

SONOTAPIS
2013, 3m x 3m, dimension variable, carreaux blancs en faïence, réalisée dans le cadre de résidence de Triangle France à la Friche de la Belle de Mai à Marseille


Les carreaux émaillés en céramique fonctionnent comme un tapis qui diffuse une musicalité aléatoire. Le public marche au dessus des carreaux mouvants, cela conduit à créer une sonorité propre, et sollisite son imagination. L’interaction entre le corps des spectateurs et l’installation sonore fait percevoir le moment où le son qui est produit, est aussi l’expérience d’un moment de perception insaisissable et inimitable. Ainsi que les fissures et les traces des pas nous évoquent une vue sonore antérieure.

 

 

 

 

 

 

piano1 

piano

Op.31 - 71 DAYS

2013, 5.2m x 0.6m, 104 pièces de carreaux blancs en faïence, 36 pièces de carreaux noirs en faïence, petits cailloux, poussières, réalisée dans le cardre de résidence deTriangleFrance à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

 

Les carreaux blancs et noirs sont composés comme un clavier du piano. Ils sont installés au sol où des petits cailloux ou des poussière tombent depuis le plafond. Natuellement cela produit du son fin aléatoire et hasardeux.

 

 

 

 

 

 

20121111 184640

 

20121102 162531

Au-delà, 2011 vue de l'exposition JEUNE CRÉATION Edition 2012 au 104 Paris

 

 

Hye Soon Seo qualifie de compagnons les sons qui l'entourent. Coréenne, elle évolue dans un environnement qui lui est étranger et où la communication par la langue est compromise; l'échange de paroles prend alors une valeur plastique. Elle observele son des mots et des voix avec curiosité et fascination.

Elle tente ainsi de trouver un médium de figuration pour le son, ce phénomène multiple qui contient tant d'images. Elle nous amène à questionner notre rapport au son, le spectateur prenant peu à peu conscience de l'invasion sonore dont il est victime.

"On peut décider de ne pas voir, on ne peut pas s'empêcher d'entendre" dit-elle en faisant référence à David Toop, musicien et auteur de Ocean of Sound. Et en effet, le son s'infiltre avec tout ce qu'il porte de violent, d'invasif ou de doux. Le bruit de la guerre est présent dans son pays d'origine, il s'agit d'un bourdonnement que colportent les images émises par les médias. Et ce bourdonnement, comme un acouphène, se maintient, s'accroche à la texture  mentale de l'homme pour devenir si familier qu'il l'oublie presque. Ces bruits qui portent en eux la menace et la terreur ont pris la forme de l'environnement social, se sont insinués dans les tuyaux qui relient les espaces intimes avec "l'au-delà", le lieu de la guerre. L'abri de la maison n'en est plus un puisque le son s'y est faufilé en y injectant la violence du monde extérieur.

Le son ne laisse pas le choix dans les oeuvres d'Hye Soon Seo. Compagnon, il est aussi le vecteur de cauchemars, d'occurrences hypnotiques dont on ne peut se libérer.

L'artiste joue avec sa perception qu'elle sensibilise à l'extrême, pour faire advenir une empreinte de phénomène sonore. Pour sculpter son expérience, elle utilise la céramique, matériau qui entretient une connivence forte avec le son.

Hye Soon Séo fait vivre au spectateur un voyage sonore et sensorielle en retraçant le chemin de ses perceptions acoustiques. De cette sculpture révélée par la vision, elle renvoie à un espace sonore où la vie est contenue. L'imagination suit le parcours ouvert par les sens et s'y laisse emporter.

 

                                                                                                                                                         Salomé Zelic

 

 

 

 

20121111 180022

Au-delà, 2011 vue de l'exposition JEUNE CRÉATION Edition 2012 au 104 Paris

 

 

 

 

 

 M.o.S

Memory of Sound - 0'05" 05 / 06 / 2010

2012, boîte, sable en porcelaine, 8 cm x 8cm x 5cm

 

Memory of Sound - 0'05" 05 / 06 / 2010

2012, box, sand porcelain, 8 cm x 8cm x 5cm

 

 

 

 

 

J.K

 

JC2011

For John Cage

2011, 12 radios, micro, amplificateur, socle, diffusion sonore vers la rue, vue d'installation dans le lèche-vitrine

 

Référence à “Radio Music” (1956) de John Cage, 12 postes de radio diffusent simultanément à chacune des différentes fréquencesqui passent dans ce lieu local comme un choeur ou une polyphonie. 

 

For John Cage

2011, 12 radio, microphone, amplifier, socle, sound diffusion to the street, presented installation in the window shopping

 

 

 

 

 

 

Yansou 1-copie-1

Décalage de l'espace / temps

2011, vidéo, son, 0'49" en boucle

 

Au début de mes études dans une école d’art, j’avais beaucoup de difficultés pour parler et comprendre en français avec les profs. Comme j’étais une étudiante très sérieuse, je réfléchissais plusieurs fois sur la conversation avec mes profs après le rendez-vous. Un jour je me suis rendue compte que ma compréhention souvent arrive souvent quelque temps plus tard.

Une étudiante chinoise qui a beaucoup de difficultés de communiquer en français, lors qu’elle en son rendez-vous avec son prof de l’ecole pour parler son travail, j’ai filmé et enregistré sa conversation. Dans cette vidéo, l’image est fixée, chaque fois sa conversation se décale.

 

Gap of the space / time, 2011 , video, sound, 0'49 " loop

 

 

 

 

 

 

  IMG 6901 IMG 6972

Au-delà

2011, 1.5 x 3m (dimension variable), porcelaine, diffusion sonore, mini speaker, mp3

 

L’idée de tuyau m’intéresse car ils sont reliés des espaces qui ne peut pas voir mais quelque fois il conduit des son hasardés et nous fait les entendre de l’autre espace invisible mais il est audible ainsi nous ramène dans un espace imaginaire.

Des bruitage d’effet sur la gerre dans iTunes que j’ai réccupéré, diffusent dans un tuyau. Le son est assez faible pour que le public s’approche de tuyau et l’entendre. Métaphoriquement au delà de mur d’un espace où nous somme là, évoque la violence du monde extérieur.

 

Beyond, 2011, 1.5 x 3m (variable dimension), porcelain, sound diffusion, mini speaker, mp3

 

 

 

 

 

 

  INTOTHESOUND2011   

Into the sound

 2011, 88cm x 13cm x 13cm, porcelaine, pied photo, installation in situ presenté en video, 1'51"

 

L'atelier de céramique fonctionne pour la fabrication des pièces en céramique. Ce qui m'intéresse dans cet espace, quand les fours commencent à demarrer puis, chaque machine fait un bruit énorme qui envahit l'espace. A la suite du travail Sonoscopes, l'idee de mettre un situation un sonoscope dans cet environnement m'est venue pace que le bruit assourdissant resonne d'autant plus et produit une amplication du volume sonore du sonoscope. Sa resonance est en harmonie avec le bruit du four où elle est née.

 

 

Into the sound, 2011, 88cm x 13cm x 13cm, porcelain, camera tripod, in situ, installations presented in video, 1'51 "

 

The ceramic studio works for the manufacture of ceramic parts. My interest of in this space , when the kilns   begin to work, and then, each machine makes a loud noise that fills the space. Following the work of Sonoscopes, the idea to a situation in a sonoscope in this environment came to me because the  deafening noise resounds even more and producing a  amplification of sound volume sonoscope. Its resonance is in harmony with the noise of the machines where it was born.

 

 

 

 

 

 

IMG 5575NSong of Memory

2010, 43 cm x 20 cm x 20 cm, porcelaine

 

Le Jardin Massey de Tarbes est situé dans un lieu propice aux promenades familiales. Pendant le printemps et l'été ce jardin est impressionnant : il permet d'entandre  les chants d'oiseaux comme une polyphonie, un chœur et aussi une harmonie. Les petits corps d'oiseaux sont invisibles dans les arbres immenses. Ils diffusent des voix d'oiseaux à des distances variables.

A partir de ce contexte local, j'ai imaginé cette cage en porcelaine qui, paradoxalement, ne peut pas enfermer des oiseaux. Mais elle évoque  l'image de chants d'oiseaux à travers sa forme poétique et sa finesse. 

 

 

Song of Memory, 2010, 43cm x 20cm x 20cm, porcelain

The Jardin Massey in Tarbes is a favourite place for family walks. In spring and summer this park is impressive : birdsong can be heard there, polyphonic, choral, and harmonic. The tiny bodies of the birds are invisible in the huge trees. The birdsong is diffused from various distances.
This local context led me to imagine a porcelain cage which, paradoxically cannot imprison birds. But it evokes the image of birdsong through its poetic shape and its finesse.

 

 

 

 

 

 

IMG 5515N

Acouphènes

2010, 150 cm x 100 cm x 40 cm, plâtre, câble électrique

 

Dans sa "chambre anéchoique", John cage s'aperçoit que le silence n'existe pas car deux sons persistent : les battements de son cœur et le son aigu de son système nerveux. L'acouphène est une sensation auditive non liée à une source acoustique d'origine extérieure à l'organisme. Le son perçu peut ressembler à un bourdonnement, un sifflement ou même à un tintement ressenti dans le crâne ou dans l'oreille.

Ce travail présente des écouteurs géants qui sont liés entre eux par un fils. Il ne diffusent aucun son à l'extérieur. Pourtant, la forme conduit à imaginer notre propre bruit corporel interne, celui-là même que l'on ne peut faire entendre à autrui...

 

 

Tinnitus, 2010, 150 cm x 100 cm x 40 cm, plaster, electric wire

In his “anechoic chamber” John Cage notices that silence dose not exist because two sounds persist : one’s own heartbeat and the acute sound of the nervous system.
Tinnitus is an auditive sensation not linked to an acoustic origin outside one’s own organism. A buzzing, whistling or even a tinkling may be heard in the head or in the ear.
This work shows a huge set of earphones linked by a wire.They emit no sound towards the exterior. Yet the shape makes us imagine our own internal body sound, such as we cannot share with others..

 

 

 

 

 

  IMG_7093B-copie-1.jpg

Black Box

2010, 25cm x 15.5cm x 11cm, magnétophone, bois, vis

 

Les boîte noires utilisées sur les avions sont des dispositifs qui enregistrent des informations liées au vol et dont l'analyse permet de déterminer les causes d'un incident ou d'un accident. Il existe deux types de boîtes noires : les enregistreurs phoniques (Cockpit Voice Recorder : CVR) qui sont destinées à enregistrer les conversations du cockpit et les enregistreurs de paramètres (Flight Data Recorder : FDR) qui ont pour rôle d'enregistrer les données de vol.

Ce système d'enregistreur phonique de la boîte noire me semble intéressant ; la reproduction de ce objet n'est là que pour recevoir les ondes dans l'espace. Il est muet, et sa fonction est d'occuper l'espace comme le fait l'installation elle-même.

 

 

Black Box, 2010, 25cm x 15.5cm x 11cm, tape-recorder, wood, screws

Black box devices used in planes record flight information which can be analysed to determine the cause of an incident or accident. There are two types of black boxes : Cockpit Voice Recorders used to record conversations in the cockpit, and Flight Data Recorders used to record flight information.
The systeme of phonic recording appears interesting : the reproduction of this object is there only to receive waves in the exhibition space. It is dumb its function is to occupy the space like the installation itself.

 

 

 

 

 

 

Picture 1N

Timbre

2010, vidéoprojection, muette, 3'09" en boucle

 

Des ronds dans l'eau sur lequels l'image du haut-parleur en plâtre provoque une propagation d'ondes sonores. Cette perspective purement visuelle demeure dans notre expérience auditive où prime la réalité immédiate des phénomènes acoustique qui occupent l'espace environnant.

 

 

Timbre, 2009, videoprojection, 3’09” (loop), silent

Circular ripples in the water under which the image of the plaster loud-speaker evokes a propagation of sound waves. This purely visual perspective stays in our auditive experience in which the immediate reality of acoustic phenomena in the surrounding espace are uppermost.

 

 

 

 

 

 

sonoscope2

 

sonoscopes1

                                                                                                      Photos.ⓒJean-Jacque Birgé / Sonia Cruchon

 

Sonoscopes

2010,  88 cm x 13 cm x 13 cm, 110 cm x 13 cm x 13 cm, porcelaine, support acier, Installation au pic du Midi de Bigorre

 

Le pic du midi de Bigorre est situé dans les Haute-Pyrénées, il fait 2 877 mètres, Il est conu entre autres pour la présence d'un observatoire astronomique et d'un relais de télévision.

En jouant entre le mot "téléscope" et <<sonore>> on obtient "Sonoscopes". Il s'agit de deux tubes en céramique qui peuvent "observer" la résonnance de la céramique. Leur longueur donne deux sons différents. Leur résonance est en interaction avec les turbulences du vent dans l'environnement. Les pièces sont totalement en phase avec l'espace locale.

 

 

Sonoscopes, 2010, 88cm x 13 cm x 13cm, 110cm x 13 cm x 13cm, porcelaine, metal supports, installation at the pic du midi de Bigorre

Le pic du Midi de Bigorre (2 877m) is situated in the Haute Pyrenees in the south of France. It is world famous as an astronomic observatory and television relay.
Playing on the words “telescope” and “sonority”, we obtain the word “sonoscopes”. These are two ceramic tubes which can “observe” the ceramic resonance. Their different lengths
with the turbulence of the wind in the surroundings. The pieces are totally in keeping with the local environment.

 

 

 

 

 

 

20120531 164523

 

Sans titre

2008, 56 x 40 x 1,5 cm , plâtre, vue de l'exposition à Le Moulin des Arts de Saint-Rémy, Midi-Pyrénées

 

Deux façades d'enceinte en plâtre accrochée au mur comme deux tableaux dans un espace où il y a des fenêtres et des portes ouvertes nous font entendre des bruits environnants et des bruit au loin dans la situation d'une exposition. Cette pièce joue sur la différence entre la perception visuelle et la perception auditive. 

L'installation consiste en le concept architecture intérieur / extérieur que l'on perçoit. Notre sens visuel attiré par ces enceintes nous invite à écouter tous les son alentours comme s'ils étaient diffusés par cette simple imge. L'espace auditif comme prisonnier de l'espace visuel. Le territoire occupé par le son se trouve réduit au territoire occupé par l'image.
 
                  
Untitle, 2008, 56 x 40 x 1.5 cm, plaster, in the exhibition of  Le Moulin des Arts de Saint-Rémy, Midi-Pyrénées, France

Two plaster speakers are hung on a wall like tow pictures in a space where the open windows and doors let us hear the sounds of the surroundings and those on the distance within an exhibition situation. This room plays on the difference between visual and auditive perception.
The installation consists of the concept of interior / exterior architecture. Our visual sense is attracted by the speakers and invites us to listen to the surrounding sounds as if they were emitted simply by the image ; auditive space a prisoner of visual space. The territory occupied by yhe sound is reduced to the space occupied by the image.
    
    
                         

 

 

 

 

 

  IMG 5987

10'17"

2010, 127cm x 80cm x 80cm, porcelaine, bois, rhodoid

 

La perception du temps joue un rôle fondamental pour l'acoustique. Ce travail joue entre le temps et le son sur l'aspect contemplatif et éphémère. Le sablier a été construit sans le cône inférieure, il est destiné à écouler du sable en porcelaine  sans pouvoir être inversé. Il produit un son <<nouveau>> celui de frottement entre le cône en plastique et le sable en porcelaine avec le rythme qui se propage dans l'espace au cours du temps.

 

 

10’17”, 2010, 127cm x 80cm x 80cm, porcelain, wood, rhodoid

The perception of time plays a fundamental role in acoustics. This project plays between time and sound on its contemplative and ephemeral aspect. The hourglass was built without the lower cone ; it lets porcelain sand flow through but cannot be inversed. It produces a “new” sound of the friction between the plastic cone and the porcelain sand, its rythm spreading throughout the space over time.

 

 

 

                        

 

 

 

 

 

 

DSC03777

Incompréhensibilité

2008, 5m x 1.8m, carton, acrylique

 

Lors de mon premier séjour en France, mon français était catastrophique. J'étais très mal à l'aise quand je devais parler et j'avais beaucoup de mal quand j'entendais parler en français. J'ai vite ressenti ccomme un handicap. J'aurais pu presque m'idenfier par mes sensations à un sourd muet.

Alors, J'ai realisé des lettres qui sont composées en désordre. Il est impossible à compredre. Ainsi sa forme et son couleur nous ramènent dans un espace spécifique.

 

 

Incomprehensibility, 2008, 5m x 1.8m, cardboard, acrylic

 

On my first visit to France, my French was catastrophic. I felt very uncomfortable when I had to speak and I had difficulty when I heard in French. I fast felt as a handicap. I would have almost been able to become identified by my sensations with a deaf-mute.

Then I realized that the white letters are composed in disorder on the wall. It is impossible to comprehend. And its shape and color bring us into a specific space.

 

 

 

 

 

IMG 8942

Dispute, 2010, 3' de diffusion sonore et 25' de silence en boucle, Installation in situ

 

Diffusion sonore aui se compose de bandes-sons préexistantes. Les différentes sources sont extraites de trois films : Le choix de Sophie d' Alan J. Pakula, 1982,  Maris et  Femmes de Woody Allen, 1992 et La graine et Le mulet d' Abdellatif Kechiche, 2007.

Une capture de ces moments de disputes est réalisée. Par la suite, ses sons sont superposés. Le dispositif consiste à diffuser via des encintes situées dans le local qui sert de placard.

La porte reste fermée, le son est très fort, 3' de diffusion et 25' de silence. Ainsi, la porte du local fonctionne comme une  grosse enceinte. Elle crée un territoire avec ce bruit de disputes assourdissant, provoquant rapidement un malaise. L'amplitude sonore saturée, à la limite su supportable, fait place à un traumatisme auditif. A la suite, soudainement il y a la perception d'un calme comme un moment zen.

<<j'entands le calme. Non pas le calme de la campagne, mais la quiétude de la ville à l'arrêt. Tellement tranquille.>> Ocean of Sound, David Toop

 

 

Dispute, 2010, 3’ of sound and 25’ of silence (loop), installation in situ

Sound diffusion made up of existing sound-tracks. The various sources are extracts from three films : Sophie’s Choice by Alan J. Pakula,1982 , Husbands and Wive by  Woody Allen, 1992 et La graine et Le mulet by Abdellatif Kechiche, 2007.
Moment of argument have been captured. Then display consists in broadcasting were superposed. The display consists in broadcasting them via speakers situated in a small cupboard space.
The door stags closed ; the sound is very loud - 3’ of sound and 25’ of silence. The door of the supboard space acts as a enormous speaker. It creates a territory with the deafening noise of the arguments, rapidly provoking a felling of uneasiness. The saturated volume, almost unbearable, brings a listening trauma. Then suddenly, there comes the perception of calm like a zen moment.
<< I can hear the calmness. Not the calmness of the countryside, but the calmness of the suddenly frozen in its movement. So tranquil. >> Ocean of Sound by David Toop.
 

 

ⓒ2008-2015 Hye-Soon Seo All Rights Reserved  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Repost 0
Published by hye-soon.over-blog.com
commenter cet article